wp8d254abc.png
wp41d14dc3.png

wpd313f2b6.png

wp2cecb2b9.png

wp20fbe5a5.png

wpe8ea2141.png

wp0f91132b.png

wpc8f892a5.png
À quelle rencontre mystérieuse nous convie l’œuvre d' un artiste ? Au delà de l' émotion qu 'elle nous procure, vers quel monde intérieur mène-t-elle ? En deçà du talent visible, des techniques apprises ou inventées, quel homme se révèle à nos yeux indiscrets ?

L’œuvre de Dominique GROS, photographe, journaliste, écrivain, nous ouvre bien des pistes.

Sur le nord Cotentin, sa terre d' ancrage depuis 15 ans, comme sur le Jura qui l’a vu naître et grandir, il pose son regard et son objectif « au gré de [ses] intuitions », « faisant fi des cabrioles obséquieuses des saisons », fuyant ce qui est « de l’ordre du constat, du flatteur, de l’ostentatoire ou du convenu. » Et il recrée le monde.

Des éléments qu' il met en mots et en images – les unes et les autres pleins de couleurs –  naît la synesthésie magnifique. Ouvrez La Hague de Jean-François Millet, Les Cascades du Hérisson, Paysages – Pays Sage. Voyez, sentez, entendez ! Le vent, qui vous souffle au visage. « Un grand vent de colère qui brasse le monde… ». L’eau, fascinante. Celle de la mer qui « claque son fouet sur les rivages bouillonnants ». Celle des cascades qui « chavire nos repères » et « se déploie en longue écharpe luisante devant la roche grise… ».

Articles de presse
wpea8dc219.png
wpfe4cd284.png
wpa3edc5d5.png